Chapitre 4 : La rvolution franaise

jeudi 19 mai 2005
popularité : 15%

CHAPITRE 4 : LA REVOLUTION FRANAISE 1789-1799

I Le bouleversement de 1789

l/ Une Assemble constituante se forme

Dans les annes 1780, la monarchie franaise est branle par les ides nouvelles des philosophes et par une grave crise des finance royales.

Les privilgis refusent de payer l’impt. En 1789, Louis XVI convoque les Etats gnraux (assemble des trois ordres du royaume) le 5 mai 1789 Versailles.

Mais le roi n’annonce aucune rforme. Les dputs du tiers tat sont trs dus.Inspirs par les ides des Lumires et par l’exemple amricain, les dputs souhaitent la libert et l’galit.

Ils se dclarent Assemble nationale. Le 20 juin 1789, runis dans la salle du Jeu de paume, ils font le serment de ne pas se sparer avant d’avoir rdig une constitution. C’est la fin de la monarchie absolue.

2/ La rvolution populaire Paris

Les Parisiens s’inquitent lorsque Louis XVI regroupe les soldats autour de Paris. Le peuple, mcontent, se soulve l’annonce du renvoi de Necker, ministre des Finances, partisan des rformes.

Le 14 juillet 1789, la foule prend la prison de la Bastille, symbole de l’absolutisme, pour y trouver des armes. Dans tout le royaume, des rvolutionnaires s’emparent du pouvoir.

Dans les campagnes, du 20 juillet au 6 aot, de fausses rumeurs annoncent que les nobles, dtruiraient les rcoltes : c’est la Grande peur. Les paysans attaquent les chteaux. Ils brlent les registres seigneuriaux.

3/ La fin de l’Ancien Rgime

Le 4 aot, pour mettre fin au soulvement des paysans, les nobles abolissent les privilges, les droits seigneuriaux et la dme. C’est la chute de l’Ancien Rgime.

Le 26 aot 1789, l’Assemble nationale vote la Dclaration des droits de l’homme et du citoyen. Elle proclame l’galit des Franais devant la loi et les impts, les liberts de religion et d’expression, le droit de proprit. Les Franais ne sont plus sujets du roi mais citoyens.
Le 5 octobre, 6 000 femmes se rendent Versailles et ramnent le roi Paris, au palais des Tuileries.

III la Nouvelle-France (1789 -1791)

l/ La souverainet de la nation

En 1789, les liberts sont tablies : liberts de presse, de culte, d’association.

Le pouvoir est partag entre le roi et une assemble de dputs lue. Les dputs dtiennent le pouvoir lgislatif. Le roi reoit le pouvoir excutif. Des juges lus ont le pouvoir judiciaire.

2/ La rorganisation de la France

La France est divise en dpartements. Un nouveau systme unifi de poids et mesures est adopt. Les criminels sont jugs par des jurys de citoyens, la torture est abolie. L’galit devant l’impt est cre. Pour rembourser la dette, l’tat s’empare des terres du clerg.

Le 14 juillet 1790, la fte de la Fdration, sur le Champ-de-Mars, clbre l’unit de la nation et du roi. Le drapeau tricolore unit le blanc du roi aux couleurs de Paris.Il symbolise cette alliance.

IV La fin de la monarchie (1791 -1792)

l/ La monte de l’opposition

Des nobles migrent. Ils poussent les rois trangers intervenir contre la France. De nombreux prtres s’opposent au rgime.

Le 21 juin 1791, le roi s’enfuit vers l’Autriche pour rtablir son pouvoir absolu. Mais il est arrt Varennes. Cette fuite lui fait perdre la confiance des Franais.

2/ Les dbuts de la guerre

Le 20 avril 1792, l’Assemble dclare la guerre l’empereur d’Autriche. Elle veut librer les peuples d’Europe des rois absolus.

Le roi espre qu’une guerre perdue par la France permettra le retour l’Ancien Rgime. La France subit des dfaites. Elle est envahie.

3/ La chute du roi

Les dfaites font natre l’ide que le roi est complice des envahisseurs. Le 10 aot 1792, les patriotes attaquent le palais des Tuileries. Le roi et sa famille sont arrts. Des nobles et des prtres sont massacrs dans les prisons.

Le 20 septembre 1792, la victoire de Valmy arrte l’avance prussienne et empche le retour l’ancien rgime. Le 21 septembre 1792, la royaut est abolie. Le 22 septembre, la Rpublique est proclame.

V La Rpublique des sans-culottes (1792-1794)

l/ La Rpublique en danger

A droite de l’Assemble, les Girondins sont favorables la proprit, la libert conomique et se mfient du peuple.

gauche, les Montagnards veulent le contrle de l’conomie (prix du pain bloqu), le suffrage universel. Ils s’appuient sur les sans-culottes.

Le sort du roi oppose les dputs girondins aux Montagnards qui rclament la mort. Louis XVI est guillotin le 21 janvier 1793.

Tous les rois europens entrent en guerre contre la France. En Vende, royaliste et catholique, les paysans se soulvent contre la Rpublique. Le 2 juin 1793, les Montagnards font arrter les dputs Girondins. Mais cela entrane la rvolte des dpartements favorables aux Girondins.

En juin 1793, la situation semble dsespre. La Vende, les Girondins et les royalistes se soulvent. C’est la guerre civile. Toulon devient un port britannique. Les armes trangres pntrent en France.

2/ La Terreur
Robespierre et les Montagnards imposent la Terreur (une dictature). La loi des suspects permet d’emprisonner tout opposant. Les jugements sont sans appel. Les condamns sont excuts aussitt.

Nantes, Carrier noie les prisonniers. Lyon, Fouch les mitraille. Marie-Antoinette et les dputs girondins sont guillotins. Les liberts sont suspendues.
Les prtres sont perscuts, les glises fermes. La religion chrtienne est interdite.

La terreur est efficace. En 1794, l’invasion trangre est repousse. Les rvoltes sont crases. La Vende a perdu le tiers de sa population. La terreur a provoqu 20 000 morts.

Les Indulgents, avec Danton, demandent l’arrt de la Terreur, alors que les Enrags veulent l’accentuer. Robespierre fait excuter Danton et les indulgents.

Le 28 juillet 1794, les Conventionnels guillotinent Robespierre sans jugement.

V/ L’chec de la rpublique bourgeoise (1794-1799)

l/ De la Convention au Directoire

Aprs la mort de Robespierre, la Convention est domine par les dputs bourgeois modrs de la Plaine. On les appelle les Thermidoriens.

Ils mettent fin la Terreur : ils librent les prisonniers, rouvrent les glises. Ils rtablissent la libert conomique, les principes de 1789, le suffrage censitaire.

Ils crent le rgime du Directoire. Il doit faire face l’opposition des royalistes et des rpublicains extrmistes.

La famine s’installe car le prix des produits alimentaires augmente. En 1795, les sans-culottes rclament du pain, le suffrage universel et le retour la constitution de 1793. L’arme crase violemment cette insurrection.

Les royalistes tentent un coup d’tat que le gnral Bonaparte fait chouer le 5 octobre 1795.

2/ Un rgime fragile et instable

Le Directoire (1795-1799), ne peut rsoudre les problmes conomiques. L’Etat est ruin par la guerre qui continue. Une partie de la population vit dans la misre cause de la hausse des prix.

En 1796, l’tat rprime un complot de Gracchus Babeuf qui voulait renverser le Directoire pour fonder une Rpublique des gaux.

Le rgime ne survit plus que grce l’appui de l’arme.

3/ Le coup d’tat de Bonaparte

La ruine de l’Etat amne les dirigeants entreprendre une politique de conqute. Elle permet de prlever de lourdes taxes et de piller les pays vaincus.

La campagne d’Italie, en 1796, rvle le gnie militaire d’un jeune gnral ambitieux, Napolon Bonaparte.
Profitant de sa popularit et de la faiblesse du rgime, il s’empare du pouvoir par un coup d’tat, le 9 novembre 1799 (18 brumaire an VIII).

Il met fin au Directoire. Il promet le retour l’ordre et le maintien des acquis de la rvolution. La rvolution est termine.



Guides ONISEP
Guide 3e

 

 


A voir aussi...